Conseils pour le yogi ” SCIENCE DU PRANAYAMA ” de SWAMI SIVANANDA

Conseils pour le yogi issu de l’ouvrage ” SCIENCE DU PRANAYAMA ”

de SWAMI SIVANANDA

DISCIPLINE DIÉTÉTIQUE
L’adepte doit abandonner toute nourriture nuisible à la pratique du yoga. Il doit renoncer au sel, à la moutarde, aux aliments suris, épicés, piquants et amers, à l’asafoetida, à l’adoration du feu, à la sexualité ; il cessera également de trop marcher, de prendre des bains à l’aube, de perdre du poids à cause de jeûnes trop poussés, etc. Au début de la pratique, il est conseillé de se nourrir de lait et de beurre clarifié (ghee). On peut aussi manger des céréales, des légumineuses vertes et du riz complet qui favorisent les progrès. L’adepte retiendra alors son souffle aussi longtemps qu’il le désirera. Il atteindra, par cette rétention, kevala kumbhaka : le souffle s’arrête ; il n’y a plus ni inspiration ni expiration. Une fois kevala kumbhaka maîtrisée, on peut se passer de l’inspiration et de l’expiration. Plus rien, dans ces mondes, n’est désormais inaccessible à l’adepte. Au commencement de la pratique, le yogi transpire. Puis, assis en padmasana (lotus), il fait des bonds sur le sol comme une grenouille. Lorsqu’il aura davantage d’entraînement, il s’élèvera en l’air (lévitation). Alors, il sentira grandir en lui le pouvoir d’accomplir des exploits. Il ne sera plus affecté par quelque peine que ce soit, légère ou profonde. Il ira moins souvent à la selle ; il dormira moins. Les larmes, le liquide visqueux coulant de ses yeux, la salive, la transpiration et la mauvaise haleine disparaîtront. Avec encore plus de pratique, il acquerra une énorme force et obtiendra bhuchara siddhi qui lui permettra de contrôler toute créature vivant sur terre : tigres, sarabhas, éléphants, taureaux sauvages et lions mourront sur un simple coup administré par le yogi. Il deviendra aussi beau que le dieu de l’amour. Et grâce à la préservation de sa semence, un doux parfum émanera de son corps.

RÉGIME DU YOGI
Votre instinct ou votre petite voix intérieure vous guidera dans le choix de votre nourriture. Vous êtes le meilleur juge pour vous composer un régime sattvique en accord avec vos goûts et votre constitution. Des informations supplémentaires se trouvent en annexe.

MITAHARA
Remplissez à demi votre estomac de nourriture sattvique. Puis un quart avec de l’eau pure. Et laissez le dernier quart pour la libération des gaz et l’apaisement de Dieu.

PURETÉ DE LA NOURRITURE
« Ahara-suddhau sattva-suddhih, Sattva-suddhau dhruva-smritih, Smritilabhe sarvagranthinam vipramokshah » : la pureté de la nourriture engendre la pureté de notre nature intérieure qui elle-même favorise le développement de la mémoire. Et lorsque cette mémoire est renforcée, tous les liens se desserrent : le sage atteint alors la libération.
Ne pratiquez pas le pranayama après avoir mangé ni quand vous avez très faim. Allez aux toilettes et libérez vos intestins avant de commencer. Un pratiquant doit observer samyama, c’est-à-dire qu’il doit contrôler ce qu’il mange et ce qu’il boit. Ceux qui sont stricts et réguliers dans leur régime alimentaire profitent mieux de leur pratique. Ils arrivent plus vite au but. Ceux qui souffrent de constipation chronique ou qui, au contraire, vont à la selle l’après-midi, peuvent pratiquer le pranayama tôt le matin sans aller aux toilettes. Ils feront de leur mieux et trouveront un moyen à leur convenance pour libérer leurs intestins dès le matin.
La nourriture joue un rôle très important dans la pratique de la sadhana. Un aspirant doit être très très prudent dans le choix de ses aliments au début de son entraînement. Plus tard, lorsqu’il aura obtenu des siddhis (pouvoirs surnaturels), il pourra supprimer les restrictions alimentaires trop sévères.

CHARU
C’est un mélange de riz blanc, de beurre clarifié (ghee), de sucre et de lait bouilli. Cette préparation convient à merveille aux brahmacharis et à tous ceux qui pratiquent le pranayama.

RÉGIME LACTÉ
Le lait doit être chauffé jusqu’au point d’ébullition, mais ne doit pas bouillir trop longtemps. Pour cela, il suffit d’ôter le lait du feu dès qu’il commence à frémir. Une ébullition trop poussée détruit les vitamines ; elle fait perdre au lait ses principes nutritifs mystérieux, rendant son usage tout à fait inutile (pas nécessaire en Occident). Le lait est un aliment merveilleux par lui-même. Il contient les divers éléments nutritifs dont le corps a besoin et ce, dans un pourcentage très équilibré. Il laisse très peu de résidus dans les intestins. C’est une nourriture idéale pour l’étudiant en yoga pendant sa pratique du pranayama.

RÉGIME AUX FRUITS
Un régime de fruits exerce une influence douce et apaisante sur la constitution. C’est un régime excellent pour les yogis. C’est une forme naturelle d’alimentation. Les fruits donnent beaucoup d’énergie. Les bananes, le raisin, les oranges douces, les pommes, les grenades, les mangues, les chikkus (sappota) et les dattes sont des fruits sains. Le citron possède des propriétés favorables contre le scorbut et joue un rôle de fortifiant pour le sang. Les jus de fruits contiennent des vitamines C. Les chikkus purifient le sang. Le mélange de lait et de mangue est très agréable à boire. Vous pouvez vivre en ne prenant que des mangues et du lait. Le jus de grenade est rafraîchissant et nourrissant. Les bananes sont aussi très nourrissantes. Les fruits favorisent la concentration. Ils aident le mental à se fixer sans difficulté

ALIMENTS AUTORISÉS
L’orge, le blé, le beurre clarifié (ghee), le lait et les amandes procurent une longue vie. Ils développent la force et la puissance. L’orge, aliment très recommandé pour les yogis et les sadhakas, a aussi un pouvoir rafraîchissant. Sri Swami Narayan, l’auteur de Ek Santka Anubhav, qui ne porte qu’un simple pagne, vit de pain d’orge. Il recommande ce pain à ses disciples. On dit également que l’empereur Akbar lui-même ne se nourrissait que d’orge.
Vous pouvez manger du blé, du riz, de l’orge, du lait, du pain, du lait de vache, du beurre clarifié (ghee), du sucre, du beurre, du sucre-candi, du miel, du gingembre séché (soont), des légumineuses vertes, du soja vert, des pommes de terre, du raisin, des dattes et des khichdis de lentilles vertes. Les khichdis constituent une nourriture légère que vous dégusterez avec plaisir. Plus vous êtes capable de retenir le souffle (kumbhaka), plus vous diminuerez les quantités de votre nourriture. Au début, ne vous restreignez pas trop. Utilisez votre bon sens pendant toute la sadhana (pratique spirituelle). Le pancha-shaka est une sorte d’épinard. Il constitue un légume excellent. Ses feuilles tendres sont épaisses et charnues. Vous les cuirez à la vapeur puis les assaisonnerez. Vous pouvez aussi les faire frire avec du beurre clarifié (ghee). Prenez vos repas lorsque votre narine droite est ouverte (côté pingala). Pingala crée de la chaleur. Votre digestion s’effectuera mieux. Vous pouvez aussi manger des concombres, des aubergines et du plantain.

ALIMENTS INTERDITS
Évitez les plats trop assaisonnés, les currys épicés, les chutneys, la viande, le poisson, les œufs, le piment fort, les aliments aigris, les fruits du tamarinier, la moutarde, toutes les huiles, l’asafoetida, le sel, l’ail, les oignons, le dhal noir (Urad ki dhal, lentille courante en Inde) ; tout ce qui est amer, les aliments séchés, le sucre raffiné, le vinaigre, l’alcool, le lait caillé, les aliments rassis, acides, astringents, piquants, rôtis ; les légumes lourds à digérer, les fruits blets ou verts, les potirons, etc. En mangeant de la viande, l’homme peut devenir un savant mais rarement un philosophe, un yogi ou un tattva jnani. L’ail et les oignons sont pires que la viande. Tous les aliments contiennent une petite quantité de sel. Donc même si vous n’ajoutez pas de sel dans vos plats, le corps trouvera ce qui lui est nécessaire en sel dans les aliments eux-mêmes. L’abandon du sel n’entraînera pas une déficience en acide chlorhydrique ni une dyspepsie comme les médecins allopathiques l’imaginent sottement. Le sel excite les passions. Il n’y a aucun danger à abandonner le sel. Mahatma Gandhi et Swami Yogananda l’ont fait pendant plus de treize ans. Cela vous aidera à maîtriser votre gourmandise et par là, votre mental. Vous développerez aussi la puissance de votre pensée. Vous aurez une bonne santé. Ne vous asseyez plus près d’un feu. Évitez la compagnie des femmes et des personnes impliquées dans les affaires du monde ; abandonnez yatra, les longues promenades,
les fardeaux trop lourds, les bains froids tôt le matin, les mots durs, les mensonges, les procédés malhonnêtes, le vol, le meurtre des animaux, la violence envers qui que ce soit en pensée, en paroles ou en action ; n’ayez plus de haine ; cessez de vous battre, de vous quereller ; d’avoir de l’orgueil, de jouer double jeu, de fomenter des intrigues, de médire, de rapporter ; ne manquez plus de franchise ; ne parlez que d’atman et de moksha ; ne soyez pas cruel envers les animaux ou les hommes. L’adepte de yoga doit éviter de trop jeûner comme de prendre un seul repas par jour.