L’inspir, L’expir , les rétentions.

Lorsqu’on expire, c’est rechaka, la première phase du pranayama.

Lorsqu’on inspire, c’est puraka, la seconde phase du pranayama.

Lorsqu’on retient le souffle, c’est kumbhaka, la troisième phase.


L’art de l’inspiration – Puraka

L’inspiration correspond à un état de réceptivité .

Commencer par ouvir les narines et humer l’air qui rentre . Les narines sont comme des grottes , des cavernes dan lesquelles s’engouffre l’air inhalé …mais pas que l’air !

Se concentrer dans les narines , les muqueuses , permet de savourer cet instant . D’éprouver une certaine «  sensualité » lors des inspiration . Un vrai plaisir peut s’installer .

Lors de l’inspiration la peau de la poitrine est bien vivante , surtout au niveau du sternum . Puis les muscles de la poitrine et enfin ressentir sa cage thoracique s’ouvrir . La respiration est biensur complète, cad que le ventre accueille en premier le souffle , mais c’est surtout la poitrine qui va s’ouvrir . Les débutants auront intérêt a gonfler le ventre afin de ne pas bloquer le diaphragme et lui permettre de bien s’abaisser . Par la suite le ventre bougera peu , même si le diaphragme reste souple et dynamique .

La poitrine s’expanse dans toutes les directions pour favoriser au maximum l’entrée de l’air .
C’est un moment opportun de ressentir la fraicheur , de vitalité …

Cette vitalité se développe dans la poitrine .

L’apathie est chassée c’est donc excellent pour stimuler l’énergie en général !

Le corps est stimulé !

L’esprit est vivifié ! 

Technique

Belle assise
Leger Jalandhara Bandha
Le dos dirigé vers la poitrine
Commencer l’inspiration en gonflant légèrement le ventre
Remplir les poumons depuis leur base
Laisser s’expanser le bas des cotes flottantes
Remplir le milieu des poumons
Dilater la poitrine en la soulevant
Remplir le haut des poumons jusqu’au clavicules sans soulever les épaules

 


L’art de l’expiration – Rechaka

L’expiration est LE moment privilégié pour faire sortir ce qui n’a plus sa place à l’intérieur .
Ce qui sort c’est bien évidement l’excès de CO2 , l’air impur , mais c’est un moment également permettant l’expulsion de tous nos conflits émotionnels , de toutes nos souffrances et réactions physiologiques qui créent des contractions : colère , peur , agitation , arrogance , impatience , orgueil , chagrin , mélancolie …

Avec l’expiration nous créons de l’espace pour accueillir en nous la vie .
Nous nous déchargeons de ce qui est obsolète et ce qui va à l’encontre du rayonnement , de la joie .
Dans l’exhalation, surtout lorsqu’elle est longue et suivie d’une pause poumons vide , nous pouvons observer que l‘energie en nous vient s’unir avec ce qui est dehors .

C’est une abdication de l’ego vers l’inéluctable silence . Une paix profonde peut être éprouvée .

L’expiration et surtout la fin , nous fait goutter a la quiétude , la sérénité . Le calme et le repos sont les fruits d’une expiration bine menée .

Technique :

Belle assise
Leger Jalandhara Bandha
L’ expiration utilise les muscles de la poitrine et des abdominaux .
Pour une expiration poussée il faut fournir un effort .
Commencer l’expiration par le haut de la poitrine , sans l’affaisser exagérément , puis continuer par les cotes flottantes et enfin le ventre jusqu’au pubis .
Le corps se détend , les épaules , les aisselles , les bras , les doigts , le bassin , les jambes ….
Utiliser l’ujjayi peut aider a entendre le souffle et a contrôler le débit de l’air afin que le souffle se face sans saccades .


L’art des rétentions de souffles ( Kumbhaka )

Kumbhaka est la rétention de la respiration dans le pranayama, soit après l’inhalation, l’intérieur ou Antara Kumbhaka, ou après l’expiration, l’extérieur ou Bahya Kumbhaka (également appelé Bahir Kumbhaka)

«  Kumbha désigne une cruche pleine ou vide … » pranayama Dipika

Cette pause peut être intentionnelle «  sahita Kumbhaka »
ou spontanément  » kevala kumbhaka « 

Kevala ( tout seul ) Kumbhaka ressemble plus à une immobilité respiratoire où vous n’avez pas à faire d’effort conscient pour retenir votre souffle. Votre respiration peut simplement s’arrêter d’elle-même, sans aucune sensation de besoin d’inspirer ou d’expirer. C’est un état magique dans lequel se trouver.

Durant les rétentions , ne pas sentir de pression importante surtout au niveau du cou

Les bandhas sont donc indispensables :
Jalandhara , Mula Bandha et Leger uddiyana Bandha

Avec les Kumbhaka c’est l’immobilité qui est recherchée afin que les sens soient parfaitement imperturbables et l’esprit calme .

Dans les rétentions , le prana est comprimé et l’objectif est de le ramener dans sushumna, le Nadi central .

Effets physiologiques

Kumbhaka Pranayama améliore considérablement la circulation sanguine dans tout le corps, en particulier dans le cerveau et le coeur . Cela permet un échange d’oxygène beaucoup plus efficace.

En effet Kumbhaka provoque une vasodilatation, ce qui améliore la circulation et aide à la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins . Cela produit alors plus de capillaires entre vos veines et vos artères. Votre cœur est renforcé et il peut pomper le sang plus efficacement, améliorant ainsi votre santé globale.

Au niveau du cerveau, cela augmente le fonctionnement cognitif, la mémoire et a même le potentiel de réveiller les parties dormantes du cerveau.Le cerveau utilise beaucoup plus d’oxygène que les autres organes du corps, donc un bon échange d’oxygène et de dioxyde de carbone est vraiment important pour que le cerveau puisse fonctionner correctement.La vasodialtion provoqué par Kumbhaka permet un échange d’oxygène beaucoup plus efficace lors des prochaines respirations .

Améliore la condition physique et l’endurance en produisant plus de globules rouges, de nouveaux vaisseaux sanguins et en augmentant le flux sanguin vers vos organes.

Guérison ciblée rapide

Combiné avec des exercices de visualisation supplémentaires, vous pouvez invoquer une réponse de guérison dans votre corps pour des temps de guérison plus rapides. Ceci est également très utile si vous avez une coupure ou une écorchure sur votre peau.